Option ICN au lycée Rotrou

 VIE LOCALE

 

    Frédéric Lediffon commerçant du village de Marcilly-sur-Eure a accepté de nous recevoir au sein des coulisses de son commerce pour répondre à nos questions concernant ce difficile métier d'épicier. Nous avons choisi ce thème car nous sommes intéressés par le métier de commerçant, et nous nous demandions comment les petits commerces arrivaient à faire concurrence aux grandes surfaces ?

 

Comment vous appelez-vous ? Depuis quelle année exercez-vous le métier de commerçant ?

 

Je m’appelle Frédéric Lediffon, j'exerce le métier de commerçant depuis plus de vingt ans.

 

Avez vous déjà exercé ce métier autre part qu'à Marcilly-sur-Eure?

 

Oui, dans ma jeunesse j'ai exercé le métier de commerçant pendant un an dans la ville d'Antony (92).

 

Comment, en tant que petit commerce, arrivez-vous à faire concurrence aux grandes surfaces ?

 

La disponibilité, l'amabilité, la proximité et la connaissance des habitudes de mes clients me permettent de faire face aux grandes surfaces.

 

D’où vous est venue l'idée d’être commerçant ?

 

J'ai décidé de devenir commerçant car j'aime le contact et l'indépendance.

 

Cela demande-t-il une formation ?

 

Aucune formation n'est nécessaire pour devenir commerçant.

 

Où vous fournissez-vous pour vos divers produits ?

 

Je me fournis chez des grossistes, exceptés les fruits et les légumes pour lequel je me fournis au marché de Rungis.

 

Tenir un petit commerce vous permet-il de jouer la carte du local ?

 

Oui, mon commerce propose plusieurs produits locaux comme par exemple le fromage «Neufchâtel».

 

Combien de sorte de TVA payez-vous ?

 

Nous payons deux sortes de TVA, la TVA à 5,5% [ndlr : avec les produits alimentaires...] et à 20%

 

Recevez -vous de l' argent des collectivités territoriales ? Si oui lesquelles ?

 

Non.

 

Est-il plus intéressant de reprendre le nom d'une chaîne comme Spar ou épi-service pour son commerce ou de créer le sien ?

 

Oui, créer le sien est mieux car reprendre le nom d'une chaîne oblige le commerçant à payer une franchise.

 

Interview réalisée par Younes et Yanis.

Le consortium composé des lycées Rotrou, Branly et Violette a obtenu une bourse Erasmus afin de permettre à 40 adultes issus des trois établissements de pouvoir visiter des partenaires scolaires européens. 

Chaque mobilité est composé de 3 participants. Trois thèmes seront observés à chaque fois: le climat scolaire, l’ambition scolaire et l’usage du numérique. Le but de chaque mobilité est d’observer de nouvelles pratiques qui pourraient être transférables dans nos établissements.
Voyageons donc ensemble avec Erasmus!